Vincent Girerd, directeur général du groupe lyonnais Vulcain, revient sur la première partie de l’année 2019 à l’occasion du salon de Lyon.

Auto Infos : Quelle est votre analyse de cette première partie de l’année pour le groupe Vulcain ?
Vincent Girerd : Tout se passe plutôt bien. Comme on l’avait dit lors de notre réunion transparence, nous avions traversé quelques écueils en 2018. Point positif depuis le début de l’année : tous les sujets de préoccupation sont en très nettes améliorations. La plaque pièces de rechange est désormais rentable. Nous avons réalisé un gros travail, l’équilibre est encore fragile mais l’exploitation est désormais normale tout en maintenant une qualité de service qui n’a pas du tout baissé. Du côté de Felix Faure, où nous avions quelques soucis en 2018, nous allons faire une bien meilleure année.

A. I. : Quid de l’évolution des immatriculations des différentes marques du groupe ?
V. G. : Nos volumes VN sont en augmentation de 4 à 5 % et de 12 à 14 % en véhicules d’occasion à périmètre égal. Certaines marques progressent bien, à l’image de Citroën, de Toyota et d’Opel. Kia est plutôt stable, Mazda se porte bien et Mitsubishi progresse significativement. Concernant DS, nous n’avons pas encore l’effet du DS3 Crossback puisque les livraisons viennent de débuter. La prise de commandes est intéressante. C’est un peu difficile du côté de Honda. Enfin, Fiat fonctionne correctement.

A. I. : Quel est le dispositif mis en place sur le salon de Lyon ?
V. G. : Nous présentons cinq marques (Opel, Volvo, Kia, Honda et Mazda). Ce salon est un rendez-vous important tous les deux ans. C’est un salon de vente de véhicules. Il permet d’exposer dans chaque marque de vraies nouveautés, voire parfois une première française avec notamment la Honda e, la Kia XCeed, la Volvo S60 All Star, le Mazda CX-30 et bien sûr la nouvelle Corsa chez Opel. C’est un salon prometteur.

A. I. : Combien de ventes espérez-vous pendant ces cinq jours ?
V. G. : Si je suis optimiste, je serai très déçu en dessous de 200 ventes et plutôt satisfait au-delà de 250 unités.

A. I. : Comment expliquez-vous cet engouement du public pour ce salon régional ?
V. G. : C’est un super travail réalisé par GL Events et Anne-Marie Baezner notamment. Elle a su rassembler autour d’elle un certain nombre d’acteurs de la place de Lyon. Nous avons réussi à faire revivre un salon qui avait disparu et refaire quelque chose de qualitatif avec des coûts raisonnables.

A.I. : Comment vous préparez-vous à l’arrivée de l’électrique d’ici à la fin de l’année ?
V. G. : C’est un gros travail avec des échéances rapides du côté de certains constructeurs. Nous avons commencé avec le groupe PSA par l’installation des bornes. Nous poursuivons ce déploiement avec les autres marques. Ces investissements sont très importants et les constructeurs sont plus ou moins raisonnables à ce niveau. On s’équipe pour être prêts rapidement.

A. I. : Comment s’inscrit la nouvelle identité du groupe dans vos objectifs ?
V. G. : Avec « Vulcain au service de votre mobilité » , nous avons souhaité fédérer l’ensemble du personnel du groupe autour d’un nouveau logo, d’une baseline et surtout d’un engagement auprès de nos clients. Un engagement fort et impactant pour le client que nous allons délivrer auprès de l’intégralité de nos clients via nos 560 collaborateurs. Il faut apporter au client des solutions variées de mobilité.

 

Source Autos Infos